Retour

Carmen / Bizet
SAMEDI 8 JUILLET / 21h30

Théâtre antique


Report, en cas de mauvais temps, au lendemain


durée : 2h55


DIRECTION MUSICALE Clelia Cafiero
MISE EN SCÈNE Jean-Louis Grinda

DÉCORS ET COSTUMES Rudy Sabounghi
COSTUMES Françoise Raybaud
ECLAIRAGES Laurent Castaingt

CHORÉGRAPHIE Eugénie Andrin

VIDÉOS Gabriel Grinda
ETUDES MUSICALES Kira Parfeevets

COORDINATION CHORALE Stefano Visconti


CARMEN Marie-Nicole Lemieux

MICAËLA Alexandra Marcellier

FRASQUITA Charlotte Despaux

MERCÉDÈS Eléonore Pancrazi

DON JOSÉ Jean-François Borras

ESCAMILLO Ildebrando D’Arcangelo

ZUNIGA Luc Bertin-Hugault

LA DANCAÏRE Lionel Lhote

LE REMENDADO Jean Miannay

MORALÈS Pierre Doyen

LILLAS PASTIA Frank T’Hézan

DANSEUSE ESPAGNOLE Irene Olvera


Orchestre national de Lyon

Chœurs des Opéras Grand Avignon et de Monte-Carlo

Maîtrise de l’Opéra Grand Avignon


Production de l’Opéra de Monte-Carlo, de l’Opéra national du Capitole de Toulouse et de l’Opéra de Marseille.


Opéra en 4 actes

Musique de Georges Bizet (1838-1875)

Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle de Prosper Mérimée

Création : Opéra-Comique de Paris, 3 mars 1875


A quoi peut bien servir un metteur en scène si ce n’est à présenter son point de vue d’interprète sur l’œuvre dont il a la responsabilité.

Concernant Carmen, l’enjeu est considérable puisqu’il s’agit de l’un des opéras les plus joués dans le monde, ce qui signifie que les interprétations en ont été multiples...

Ainsi Carmen est généralement vue comme l’archétype de la femme revendiquant sa liberté ; et Don José est la victime quasi innocente au mieux d’une femme fatale, mais, le plus souvent, d’une garce ! Mais voilà la simplicité est dangereuse tant elle édulcore les propos les plus subtils.

Carmen n’est pas une garce ni une prostituée.

C’est une fille, jeune, qui tombe amoureuse comme elle respire. Elle ne demande rien à personne et encore moins à Don José, garçon violent ayant dû se réfugier dans l’armée suite à une rixe dans son village.

Carmen sera la victime de sa violence possessive. Cette jeune femme se fait assassiner parce qu’elle aime et qu’elle n’y peut rien. Alors oui, Carmen est fatale en ce sens qu’elle brûle qui la touche tout en se consumant elle-même. Mais elle est aussi une source fraîche offerte à qui veut se désaltérer.

Cela, Escamillo l’aura bien compris et c’est lui qu’elle aimera à la folie. Personne n’échappe à Carmen, pas même elle !

Jean-Louis Grinda




Plan du siteMentions Légales / Crédits
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Toute l'actualité et les offres des Chorégies d'Orange directement dans votre boîte mail : Inscription à la newsletter